Défibrillateur Occasion

25 février 2022

Défibrillateur obligatoire, tout savoir

Défibrillateur obligatoire, tout savoir

Dans le but d’éviter les cas de mort suite à un arrêt cardiaque soudain, le ministère de la Santé met en place de nouvelles
règles à respecter. Depuis 2020, elles concernaient les établissements recevant du public (ERP) des catégories 1 à 3. Ce fut
ensuite le tour des ERP de catégorie 4 en 2021 puis ceux de catégorie 5. Ils ont dorénavant l’obligation de disposer d’un
défibrillateur automatisé externe, pour mieux faire face aux cas d’urgence liés à l’arrêt cardiaque. Cette disposition,
n’étant pas une simple suggestion, est appliquée à tous les ERP des catégories citées.

De ce fait, si vous êtes propriétaire d’un ERP, il convient de vous renseigner sur tous les aspects du sujet afin de vous mettre
en règle vis-à-vis de ces exigences. Chez Défribrillateur d’Occasion, nous vous accompagnons en vous expliquant tout ce que
vous devez savoir à propos des défibrillateurs et de l’obligation d’en posséder.

DSA, DAE, DEA : de quoi s’agit-il ?

Le défibrillateur est un équipement utilisé en cas d’arythmie des ventricules afin de relancer le cœur
pour qu’il fonctionne convenablement. Il est utilisé dans le cas d’une tachycardie ventriculaire (accélération anormale du
rythme cardiaque) ou d’une fibrillation ventriculaire (activité très rapide du cœur). Il est toutefois à noter qu’il
existe plusieurs catégories de cet équipement dont le fonctionnement change en fonction de la technologie embarquée. Elles sont
reconnues par les sigles utilisés pour les désigner.

Signification des différents sigles

Plusieurs appellations sont utilisées pour désigner cet équipement utilisé pour sauver les victimes d’un arrêt
cardiaque soudain
. Il s’agit en général des termes comme défibrillateur :

  • Automatique Externe (DAE) ;
  • Automatique (DA) ;
  • Semi-automatique ;
  • Automatisé Externe (DAE) ;
  • Entièrement Automatique (DEA) ;
  • Externe Automatisé (DEA).

En anglais, certains parleront de Automatic External Defibrillator (AED). Tous ces noms sont utilisés pour désigner le
défibrillateur cardiaque, mais y a-t-il réellement une différence entre tous ces sigles ? La réponse est qu’il existe en effet
deux types de défibrillateurs externes. Il s’agit en réalité des modèles automatiques (DA) et semi-automatiques (DSA).

Défibrillateur équipement définition

Tous les autres termes ne sont que des appellations pour désigner l’un ou l’autre de ces équipements. La mention externe dans le
nom de l’équipement n’a cependant rien à voir avec l’emplacement où il sera mis. Il concerne plutôt son mode de
fonctionnement non invasif (il se pose seulement sur la poitrine), car il existe un autre défibrillateur cardiaque implantable
par chirurgie.

Il existe cependant une différence majeure entre le défibrillateur obligatoire automatique et le défibrillateur
semi-automatique
. Que vous envisagiez d’acheter un défibrillateur d’occasion
ou un équipement neuf pour vos locaux, vous devez la connaitre. En passant par Défibrillateur d’Occasion, vous trouverez
toutes les informations nécessaires dans le choix de votre appareil. Nous sommes les spécialistes du défibrillateur cardiaque
pas cher.

Différence entre les défibrillateurs automatiques et semi-automatiques

Le défibrillateur automatique a la particularité de détecter le besoin de défibrillation de la victime et d’envoyer
automatiquement le choc idéal pour lui redémarrer le cœur. L’utilisateur n’aura donc qu’à poser les électrodes sur la
personne en arrêt cardiaque. Il devra toutefois éviter tout contact corps à corps avec la victime au moment du décompte vocal.
C’est d’ailleurs le défibrillateur obligatoire pour les ERP en cas d’absence d’un secouriste lors d’un cas
d’arrêt cardiaque.

Ce sont à la base les modèles semi-automatiques qui étaient le plus souvent utilisés par les personnes formées aux techniques
de secourisme. Contrairement au modèle automatique qui envoie la charge sans aucune intervention, celui-ci doit être déclenché
par l’utilisateur. Il présente alors une limite lorsqu’il doit être utilisé par une personne non entrainée. La moindre
hésitation de sa part peut coûter la vie à la victime. Il a toutefois l’avantage de permettre d’éviter les cas de contact
entre un témoin et la victime lors de la décharge.

En effet, il est déconseillé de toucher la victime au moment de la décharge, car vous risquez d’en recevoir une partie. En plus
d’avoir une sensation assez désagréable, vous partagerez la puissance du choc avec l’accidenté. Ce dernier
n’en aurait alors pas assez pour que son cœur redémarre.

Quel est le but de la défibrillation ?

Le défibrillateur est utilisé pour éviter les cas de mort subite lors d’un arrêt cardiaque. Que celui-ci soit provoqué par
une tachycardie ou une fibrillation, l’utilisation du défibrillateur se révélera plus efficace avec un massage cardiaque.

Pour aller plus loin, la tachycardie est une accélération du rythme cardiaque à raison de 100 pulsations par
minute (ppm) sans effort ni émotion. Il peut parfois atteindre une fréquence de 120, 140, voire 150 ppm en fonction de la
situation. Ce cas est toutefois moins dangereux que celui de la fibrillation où la fréquence dépasse 200 ppm provoquant ainsi
l’absence de toute contraction pouvant faire remonter le sang. Les risques d’arrêt cardiaque dans ce cas sont alors plus
évidents si la fibrillation dure plusieurs secondes ou minutes.

Le médecin devra envisager l’utilisation d’un défibrillateur interne (implantable) lorsqu’un patient présente des signes
avant-coureurs de ces maux ou des symptômes comme :

  • la faiblesse cardiaque,
  • l’essoufflement,
  • la fatigue et l’étourdissement,
  • les palpitations ou battements irréguliers.

Le défibrillateur interne fonctionne comme une sentinelle qui détecte les moindres anomalies cardiaques pour
intervenir avant toute complication. Lorsqu’une personne n’en possède pas, mais est sujette à des pathologies cardiaques, ses
risques d’arrêt cardiaque sont cependant élevés. La présence d’un défibrillateur obligatoire dans les ERP s’explique alors
dans ces cas.

En effet, lorsque survient un arrêt cardiaque suite à une arythmie, le défibrillateur sera utilisé pour envoyer des impulsions
électriques au cœur. Ces chocs iront atteindre les ventricules pour provoquer leur défibrillation et faire retrouver à
l’organe son rythme cardiaque normal. La vitesse des battements sera alors rétablie et la circulation sanguine reprendra pour
donner une chance de survie à la victime. Pour augmenter les chances de réussite de cette intervention, les décharges doivent
idéalement être accompagnées d’un massage cardiaque réalisé par le secouriste.

Défibrillation objectif

Qui est obligé d’avoir un défibrillateur ?

En France, le nombre de victimes décédées par arrêt cardiaque dans les endroits publics ou privés faute d’une assistance
idéale est assez important. On recense chaque année 40 000 à 50 000 personnes qui auraient pu être sauvées juste avec un choc
électrique délivré par un équipement adéquat. La loi du défibrillateur obligatoire est donc votée pour réduire ces
chiffres et augmenter le taux de survie dans les cas d’accident cardiaque. Plusieurs établissements sont donc concernés par
cette règle qui s’avère assez vitale.

Les ERP de catégorie 1 à 3

Le gouvernement français, à travers son ministère de la Santé, oblige désormais les établissements recevant du public à
installer un défibrillateur cardiaque externe dans leurs locaux. Cette décision a été appliquée une
première fois en 2020 aux ERP de catégorie 1 à 3. Il s’agit des établissements recevant au moins 300 personnes dans leurs
locaux.

Cette règle est mise en place pour donner plus de chance de survie aux victimes de crise cardiaque avant l’arrivée des secours.
En effet, on constate en général que, dans la plupart des endroits publics, les cas d’arrêt cardiaque qui surviennent sont
fatals, car les témoins n’ont pas accès à un défibrillateur. Pourtant, chaque minute qui passe réduit de 10 % les chances de
survie des personnes. Au bout de 7 minutes par exemple, on se retrouve ainsi à 70 % et les lésions seront alors irréversibles
et les chances de la victime quasi inexistantes.

En fonction de la localisation des lieux, le temps que les secouristes professionnels arrivent avec leurs équipements peut être
plus ou moins long. Le défibrillateur étant un élément important de la chaine de survie, sa présence dans
ces lieux est donc obligatoire.

Les ERP des catégories 4 et 5

Après les établissements des catégories 1 à 3 en 2020, ce fut autour des ERP de catégorie 4, à partir de janvier 2021. Ces
derniers sont des endroits rassemblant un public entre 25 et 300 individus. Cette décision a été mise en application en respect
au décret numéro 2018-1186 du 19 décembre 2018, portant sur l’utilisation des défibrillateurs automatisés
externes
.

Cette même loi intervient en janvier 2022 pour obliger les ERP de la catégorie 5 à respecter la même réglementation. Ces
établissements recevant moins de 25 personnes doivent eux aussi se mettre en règle depuis le 1er janvier 2022. Il existe
cependant une particularité au niveau de ces derniers.

En effet, contrairement aux ERP des catégories 1 à 4, la possession d’un défibrillateur obligatoire n’incombe que certains
établissements de la catégorie 5. Une liste des types d’ERP concernés par l’installation de cet équipement
est donc déterminée par les autorités compétentes. Il s’agit entre autres des endroits comme :

  • les centres d’accueil pour personnes handicapées,
  • les établissements de réception des personnes âgées,
  • les établissements de soins de santé,
  • les gares routières,
  • les hôtels-restaurants situés en altitude et dans des endroits difficiles d’accès,
  • les centres d’hébergement en montagne,
  • les centres sportifs clôturés et couverts,
  • les salles de manifestations sportives et culturelles (même temporaires).

Ces établissements ainsi que les autres précités ont l’obligation de respecter cette réglementation sous
peine de se retrouver face à des sanctions.

Défibrillateur obligation

Les sanctions en cas de non-respect de la réglementation

L’installation d’un défibrillateur obligatoire étant une exigence pour la sécurité de tous, le respect de cette norme est
imposé à tous les ERP. Qu’ils soient de la catégorie 1 ou 5, les établissements qui se dérobent à cette règle s’exposent
aux rigueurs de la loi. Les sanctions peuvent aller d’une simple amende à une fermeture temporaire ou définitive de
l’établissement. L’ordre de fermeture peut émaner de la mairie ou de la préfecture qui administre la région dans laquelle se
trouve l’ERP en cause. Les sanctions pénales encourues en cas de parjures peuvent être le payement d’une amende allant
jusqu’à 45 000 euros et une peine d’emprisonnement.

Toute personne admise dans un ERP, que ce soit sous une souscription ou de manière gratuite, est sous la responsabilité des
propriétaires. Lorsque celle-ci décède suite à un arrêt cardiaque dans cet établissement (de catégorie 1 à 5) qui ne
possède pas un défibrillateur obligatoire, l’administrateur des lieux est donc en cause. De ce fait, les ayants droit de la
victime peuvent lancer un recours contre ce dernier. Une plainte pour « violation manifestement délibérée d’une règle de
sécurité ou de prudence » peut être déposée contre le propriétaire. La sanction dans ce cas peut être une amende
pouvant atteindre la somme de 75 000 euros en plus d’une peine d’emprisonnement de 5 ans.

Selon la loi portant sur la disposition d’un défibrillateur obligatoire, il ne suffit pas non plus d’installer l’équipement dans
ses locaux pour être en règle. Les propriétaires ont également une obligation de maintenance pour l’appareil. Ils doivent
s’assurer que ce dernier soit toujours en état de fonctionner en cas de besoin.

Le recours à un technicien pour une vérification régulière des électrodes et de la batterie est donc
vivement recommandé. Cette mesure est surtout à prendre lorsque vous décidez de choisir
un défibrillateur
d’occasion pour votre établissement. Bien que ce type d’appareils soit déjà contrôlé avant
l’achat, un surplus de vérification pourrait vous mettre à l’abri de toute déconvenue. Chez Défibrillateur d’Occasion,
nous vérifions avec soin tous les appareils que nous vendons à un prix très intéressant. Vous pouvez donc bénéficier d’un
défibrillateur cardiaque de qualité à petit prix.

Défibrillateur

Est-il obligatoire d’avoir un défibrillateur dans son entreprise ?

Selon le Code de la construction et de l’habitation, l’installation du défibrillateur obligatoire est imposée pour un certain
nombre d’établissements. Ce même Code donne des précisions sur le choix de l’emplacement idéal pour déposer le dispositif.
Par contre, ce que n’impose pas cette loi est l’installation des défibrillateurs dans les entreprises. De même, parmi les
dispositifs de sécurité imposés par le Code du travail comme l’extincteur par exemple, aucune mention n’est faite des
défibrillateurs obligatoires.

En cas d’accident ou d’incident dans les locaux de l’entreprise, la responsabilité de l’employeur sera cependant en cause. La
raison est que le Code du travail prévoit des articles qui obligent ce dernier à mettre à la disposition de ses employés
des équipements de premiers secours en fonction des risques présents. Ceux-ci doivent être facilement
accessibles comme dans le cas du défibrillateur.

Tout dirigeant d’entreprise doit également consulter le médecin du travail pour mettre en place un dispositif d’assistance pour
les personnes malades et accidentées dans ses locaux. Qu’il soit un ERP ou non, en tenant compte de ces éléments, il peut ainsi
décider de mettre à disposition de son personnel un défibrillateur cardiaque obligatoire. L’employeur peut
aussi analyser les facteurs de risques présents dans son entreprise et décider d’y installer un défibrillateur si :

  • de nombreuses personnes s’y réunissent (travailleurs et autres usagers),
  • le personnel est composé en majorité d’employés ayant plus de 50 ans,
  • les centres de secours ne sont pas à proximité,
  • les locaux de l’entreprise ne sont pas facilement accessibles,
  • les travailleurs sont soumis à des efforts physiques ou à des conditions de travail extrêmes,
  • les employés sont fragiles (personnes cardiaques, seniors, malades, etc.),
  • l’environnement de travail présente des risques élevés (noyade ou électrocution).

En tenant compte de ces différents facteurs à risque, le dirigeant d’une entreprise pourra alors décider s’il veut ou non doter
son local d’un défibrillateur automatisé externe. Il devra tout de même savoir que le choix de cette option ne l’exempte pas
des obligations de sécurité qu’il a envers son personnel. Il devra donc continuer à respecter les règles fixées par le Code
du travail pour la prévention et la réduction des risques. Grâce à Défibrillateur d’Occasion, vous
pourrez trouver un appareil quasi neuf pour votre entreprise, et ce à un prix très intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.